Publié par : Goéland | 10 septembre 2009

Après Koons, Veilhan

L’an dernier, M. Aillagon avait invité son ami Jeff Koons à investir –  squatter ? – le château de Versailles. Pour mémoire, voici ce qu’il avait commis à l’époque.

Rabbit, dans le Salon dAbondance

Je trouvais quand même mal venu d’installer ses œuvres dans ce lieu emblématique. Disons même que ça puait un peu le copinage entre un artiste mondialement connu et le responsable d’un musée encore plus célèbre. Quelle que soit en effet la renommée (c’est-à-dire la côte) de Koons avant cette expo, il y a fort à parier qu’il n’a pas été perdant, financièrement parlé, dan cette opération. Si on ajoute à ça le fait qu’il n’y avait franchement aucun rapport entre les œuvres exposées et le lieu, puisque c’était une simple rétrospective, on comprendra mon agacement à l’idée qu’une telle manifestation puisse se reproduire cette année. Oui, « manifestation » est le bon mot, on est ici clairement dans l’entertainment – comme trop souvent ces derniers temps à Versailles… et ailleurs ! Versailles n’est pas une galerie d’art moderne !

Alors que penser de Veilhan, dont c’est le tour cette année ?

Puisqu’il est moins connu, on pourrait se dire qu’il a encore plus d’intérêt – financier bien sûr – à créer une telle exposition. C’est ce que je me disais. Mais je suis tombé sur les premières photographies de ses créations – oui, cette fois-ci, ce sont des créations  -, dont celle-ci en particulier…

Le Carosse
Le Carosse

Et j’avoue que je trouve cela assez magistral. Il y a une telle impression de vitesse, alors que les chevaux et le carosse sont comme pixellisés… J’en suis vraiment admiratif !

Et même si certaines des autres œuvres sont un peu moins compréhensibles – que fait Yuri Gagarine ici ? -, les statues de grands architectes contemporains, ou le jet d’eau dans le Grand Canal me semblent tout à fait cohérents avec le cadre du château de Versailles.

Donc, pour une fois, je crois que cette initiative va dans le bon sens : faire vivre le domaine, pour qu’il ne soit pas qu’un lieu du passé, mais sans le dénaturer, et surtout en respectant ce qu’il représente dans l’histoire : « toutes les gloires de la France ».

Publicités

Responses

  1. […] Sauf qu’avec lard l’art contemporain, on n’est jamais déçu. […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :