Publié par : Goéland | 26 septembre 2009

A peine assez long pour faire une note de blog.

Comme d’habitude, je pars d’un article de journal pour nourrir ma réflexion. Aujourd’hui, c’est dans Le Figaro.

Cet article s’appelle les « Sept défis de Benoît XVI », et il est écrit à l’occasion de son voyage en République Tchèque. Tout ce qu’on trouve d’ailleurs à nous dire en général dans les media sur ce voyage pontifical, c’est qu’il y va pour les 20 ans de la chute du mur, ce qui me paraît un peu limité comme motif. On nous dit aussi que la pratique religieuse est d’à peine « 5 %, l’une des plus basses d’Europe », et que « Benoît XVI va encourager les trois millions de catholiques (31,7 % de la population) à s’avancer en témoins du Christ ». On parle « d’ambiance très sécularisée » en République Tchèque, et on nous dit sans cesse qu’il n’y a que 4,5% de pratiquants en France. Je n’ose même pas imaginer comment on peut appeler la France… le royaume de l’athéisme ?

Mais revenons sur les sept défis – sept, comme les dons de l’Esprit, c’est un minimum pour un Pape !

  • Finir d’écrire le second tome de son Jésus de Nazareth ;
  • Discuter théologie avec les lefebvristes ;
  • Réconcilier l’Église avec le peuple juif ;
  • Béatifier Jean-Paul II ;
  • Se rapprocher des orthodoxes, en particulier du Patriarche de Moscou ;
  • Réunir un synode sur l’Afrique, et un autre pour sauver les chrétiens du Proche-Orient ;
  • Voyager (Royaume-Uni, Portugal, Malte, Allemagne, Biélorussie, voire Viet-Nam et Chine, mais il ne faut pas rêver…).
  • Et le Figaro d’ajouter un 8ème et un 9ème but à ces sept-là (comme les Trois mousquetaires qui sont quatre) : réformer « en douceur » la liturgie, et définir l’identité du prêtre.

Et bien j’avoue être assez d’accord avec le journaliste, qui aurait certes pu classer ces objectifs par ordre d’importance, mais ces différents points montrent au moins clairement la priorité du Saint-Père : la vie spirituelle de l’Eglise, centrée sur l’Eucharistie, autour de ses prêtres ; et l’unité de l’Eglise, toujours à rechercher, quelles que soient les oppositions, les difficultés et les distances qui séparent les chrétiens.

Et sur ces deux bases, évangéliser et sauver le monde. Quel témoignage en effet lorsque tous les chrétiens, ensemble, nous serons un (Ut unum simus), et lorsque l’Église toute entière saura vivre de l’Eucharistie (Ecclesia de Eucharistia).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :