Publié par : Goéland | 9 juin 2010

Des salaires des politiques

Christine Boutin

Christine Boutin - Photo LeMonde.fr

Depuis ce matin, dans tous les journaux, à la suite du Canard Enchaîné, on parle du salaire de 9500 € touché par Christine Boutin pour une mission sur la Justice sociale et la mondialisation confiée par Nicolas Sarkozy. Elle touche bien évidemment aussi des indemnités en tant que Conseillère générale, ainsi qu’une retraite de députée, mandat exercé de 1986 à 2007 (Voir l’article du Monde).

Tout le problème dans ce genre de dossier politique, de l’appartement de Gaymard à celui d’Estrosi, en passant par la hausse du salaire de Sarkozy ou la retraite des parlementaires, est de ne pas se contenter du réflexe qui vient naturellement, celui de taper sur ces hommes et femmes politiques dont on a vraiment l’impression, parfois, qu’ils vivent hors de la réalité.

1- Premier réflexe

Il faut en effet remarquer que Christine Boutin avait déjà eu un avertissement : lorsqu’elle était ministre du logement, son Dir Cab avait dû démissionner parce qu’il habitait dans un HLM, pour un loyer plutôt modique au vu de ses revenus. Il n’y avait rien d’illégal là-dedans, pour autant que je me souvienne, mais il faut reconnaître que ça fait mauvais genre.

Depuis, elle devrait donc être exemplaire. D’autant qu’elle représente quand même une droite qui se veut sociale (son parti, le Parti Chrétien Démocrate, s’appelait auparavant le Forum des Républicains Sociaux).

On peut donc, légitimement je crois, critiquer le salaire touché par Mme Boutin. Ce que beaucoup ne se privent pas de faire, tant les journalistes que les Français lambda (merci à mes collègues pour leurs réflexions à ce sujet), sans oublier bien sûr les autres hommes politiques, soudain bien vertueux… voire un peu démagos.

2- Un peu plus de réflexion

Une fois passé cet agacement, voyons le fonds du problème : quel salaire touche réellement Mme Boutin ? Pour quelle mission ? Et ce salaire est-il justifié ?

Ce que Christine Boutin va gagner est un salaire d’un niveau statutaire,

« fixé par le secrétariat général du gouvernement sur la base de ces textes » et « correspond au seul traitement de base, donc à l’exclusion notamment de l’indemnité de fonction ». La rémunération « s’apparente à celle d’un directeur d’administration, d’un conseiller maître à la Cour des comptes ou d’un conseiller d’Etat »

Il ne me paraît pas aberrant qu’un ministre touche un salaire important (à hauteur de 13905 €, sans compter les frais d’emploi et les indemnités éventuelles pour ceux qui sont en plus élus locaux) : même si il est difficile pour moi d’imaginer ce qu’on peut faire avec une telle somme (On s’achète une nouvelle voiture tous les deux mois ? On se fait un WE à Tahiti tous les 15 jours ?), il faut reconnaître que ces salaires importants sont justifiés par les compétences et les responsabilités des ministres, et qu’ils sont en quelques sortes un dédommagement pour leur absence de vie privée. Il en va de même pour les hauts fonctionnaires, les parlementaires, et les élus en général. On peut débattre pour savoir si ces salaires sont trop élevés, (à mon sens, ils le sont), mais c’est un autre débat.

Cependant, dans le cas présent, aussi grandes que soient les compétences de Mme Boutin, en quoi cette mission lui donne-t-elle de grandes responsabilités ? Je veux dire, au pire, le dossier qu’elle rend est pourri (ce à quoi je ne crois pas trop, enfin j’espère), mais personne ne l’amènera devant le tribunal pour ça… Christine Boutin considère quand même que cette mission est de toute première importance ; voilà ses explications :

Cette mission correspond à un travail de fond à mener dans la perspective de la Présidence française du G20 (novembre 2010-novembre 2011). Ces travaux ont démarré dès début 2010, en lien avec trois ministères : le « Travail », les « Affaires étrangères » et les « Finances ».

Alors à la limite, puisque cette rémunération est définie en conformité avec la législation, puisque sa mission semble importante, on peut admettre que Christine Boutin touche un tel salaire… Mais on ne m’ôtera pas de l’idée que cette mission est un très bien payée.

3- Stratégie politique

Est-elle même trop bien payée ?

La présidente du PCD a démenti l’idée « que laisse entendre le Canard enchaîné que d’une certaine façon, je me suis fait acheter par le président Sarkozy ». L’ancienne ministre du logement (2007-2009) avait déclaré début mai, lors d’une conférence de presse au siège de l’UMP, qu’elle n’excluait pas de se présenter à la présidentielle de 2012 si ses « idées » n’étaient pas prises en compte dans la majorité. (Le Monde)

Oui, c’est évidemment une idée séduisante : Christine Boutin se faisant acheter par Sarkozy, pour être moins critique, et peut-être pour ne pas se présenter. Pourtant, elle dément :

Cette mission confiée n’a pas pour autant bridé Christine BOUTIN dans son rôle de chef de parti politique. Dans l’intervalle des 2 mois passés depuis avril 2010, elle a su intervenir en toute liberté sur les sujets qui appelaient une interpellation publique dans le droit fil de ses convictions : la non prise en compte de la dimension familiale dans la réforme des retraites,  la suspension des allocations familiales face à l’absentéisme scolaire, le scandale continu de l’état de nos prisons, …

Et je dois reconnaître, en effet, que Christine Boutin se fait pas mal entendre ces derniers mois, et pas nécessairement dans le sens du Gouvernement.

C’est alors qu’arrive la dernière phrase du communiqué de Christine Boutin

Christine BOUTIN s’étonne enfin que cette information sorte avec copie de document à l’appui alors qu’elle n’a de son côté reçu aucun contrat à ce jour !

Et là me vient une petite hypothèse…

4- Machiavélisme

Reprenons toute la situation :

Boutin est virée du gouvernement après les européennes de juin 2009. Mécontente de la manière dont ça s’est passé, elle menace de se présenter aux présidentielles de 2012. On lui propose l’ambassade de France auprès du Saint-Siège, elle la refuse, préférant se concentrer sur son parti. Elle refuse également de reprendre son mandat de député des Yvelines, laissant le poste à Jean-Frédéric Poisson (élection qu’il avait remporté de 5 voies contre Anny Poursinoff, candidate vert, et qui a été annulée récemment ; de nouvelles élections auront lieu début juillet 2010). En attendant, elle continue donc à faire entendre une petite voix discordante dans la majorité… Et là, on lui propose cette mission « Justice sociale et mondialisation », qui est dans ses cordes, il faut bien le reconnaître. Se disant que ça peut être utile, à la fois pour se faire connaître et pour faire passer ses idées, elle accepte. En fait, elle tombe dans le piège.

Le Canard Enchaîné est mis au courant de son salaire . Ainsi, non seulement elle passe pour une hypocrite (l’ancienne ministre qui se veut de droite et sociale, et qui en fait s’en met plein les poches pour une mission bidon), mais en plus elle laisse supposer qu’elle s’est faite acheter par Sarkozy. Et ça, elle aura beau démentir, ça restera dans la tête d’un certain nombre de ses électeurs potentiels. La question est : qui avait intérêt à mettre le Canard sur cette affaire ?

Il n’est pas forcément facile de répondre à cette question, le Boutin-bashing plaît à tout le monde : à l’opposition au niveau national (Ouh les vilains de l’UMP, en pleine période de rigueur, ils donnent des salaires mirobolants à leurs amis !), à l’opposition dans les Yvelines ( Ah, ils sont jolis les élus du PCD ! Ne votez pas pour Poisson qui se présente dans 1 mois à Rambouillet, c’est aussi un hypocrite !), à la droite très à droite aussi (Ouh la méchante qui choisit de bosser avec Sarko, elle ne sert que d’alibi catho au gouvernement et en plus, elle est payée pour ça !), et… ses amis de l’UMP aussi : « Comme ça, elle critique les orientations du gouvernement et elle menace de se présenter en 2012 ? Elle ne risque peut-être pas de faire beaucoup de mal à Sarko, mais comme, à droite, seuls les candidats autorisés par le chef pourront se présenter , avant bien sûr de lui donner leurs voies, autant la pourrir tout de suite pour lui passer l’envie de se présenter ! Et puis si on perd par la même occasion un siège de député dans les Yvelines, ça fera une épine dans le pied en moins pour l’UMP (Poisson avait un peu énervé l’UMP sur le travail dominical…), et le siège ira aux Verts, pour énerver les socialistes ! ».

Et puis il est vrai qu’il n’est pas très risqué de taper sur Christine Boutin, aucun média national ne se défoulera pour la défendre, et son électorat sera suffisamment déstabilisé par cette histoire de salaire pour faire profil bas quelques temps.

Donc Boutin a perdu en acceptant cette mission, elle s’est faite piéger.

Et à mon avis, les autres candidats de droite ont intérêt à faire attention : Villiers a une déjà histoire de viol sur les bras, Villepin a toujours Clearstream, et Sarkozy lance Borloo pour contrecarrer Bayrou et Morin au centre. Le FN va se déchirer entre Marine Le Pen et Gollnisch, et la voie sera libre pour dans 2 ans. Sarkozy sera le seul recours à droite…

Advertisements

Responses

  1. Et apparemment, tout le monde lui tape dessus, ou presque (Rama Yade ne compte pas, elle a trop peur de se faire encore engueuler si elle émet des critiques qui concernent l’argent public).

  2. Belle analyse.

    Pour ce qui est de dire que 9500 euros, c’est un salaire normal, pas d’accord : Mme Boutin n’a aucune expertise sur le problème de la mondialisation, et son passage au Logement ne laissera pas un souvenir impérissable dans les mémoires.

    Je pense qu’elle s’est fait piéger par Sarko, mais aussi par sa propre naïveté, en acceptant un salaire sur une mission qu’elle aurait du décliner. Une mission sur l’impact de l’avortement sur l’économie et la démographie française lui aurait mieux convenu.

    Je pense aussi que dans l’entourage de Sarko, « on » avait tout intérêt à laisser fuiter l’info, pour affaiblir le PCD avant 2012.

    • Merci !

      Entendons-nous bien : quand je dis un salaire normal, c’est juste que Christine Boutin a été Ministre, et à ce titre, il ne serait pas correct de la rémunérer moins qu’un haut fonctionnaire… Après, je crois aussi qu’elle a été naïve, ou un peu trop idéaliste, en acceptant cette mission. S’est-elle dit, comme beaucoup de cathos qui tentent de bosser dans la politique, qu’elle pourrait peut-être faire changer les choses de l’intérieur, et qu’elle serait écoutée ?

      Dans tous les cas, elle ne pourra pas mener sa mission à bien, et elle a perdu pas mal de sa crédibilité.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :