Publié par : Goéland | 21 mai 2012

Mariage(s)

Eglise Ste Thérèse, Nantes

Que ce soit dit tout de suite : en tant que catholique, seul le mariage chrétien a du sens pour moi.

A tel point que lorsque je préparais mon mariage, il y a quatre ans, j’ai proposé à mon épouse, par provocation, mais avec un fond de sérieux quand même, de nous marier à la mairie, puis à l’église, puis… de divorcer civilement, pour que la seule chose qui nous unisse soit le mariage contracté à l’église.

Bon, évidemment, ma (à l’époque future) femme a refusé. Aucun humour. Mais à partir de là, vous comprenez que le mariage civil n’a qu’une importance tout à fait relative pour moi. C’est un acte purement administratif, et rien d’autre. Et à vrai dire, si je ne considérais pas que c’est cet acte qui a fondé ma famille aux yeux de la loi, en donnant mon nom de famille à mon épouse (et encore, ça, ce n’est que l’usage, puisqu’en réalité, elle garde son nom de naissance), je m’en foutrais royalement.

Donc autant vous dire que les projets de modification du mariage par le gouvernement, je m’en tape un peu.

Le projet du gouvernement

Depuis l’élection du nouveau Président en effet, et plus encore depuis la nomination du nouveau gouvernement, on parle beaucoup de la possibilité, qui semble imminente, d‘ouvrir le mariage à des couples de même sexe.

Cela semble même être devenu la priorité du gouvernement – bien plus que la réduction des déficits, sujet sur lequel les socialistes auront, il est vrai, une marge de manœuvre bien plus réduite – si on en croit l’agenda annoncé par Hollande avant son élection. D’ici le mois d’août, on devrait donc voir discutée cette loi au Parlement. Le nouveau ministre de la famille, Dominique Bertinotti, s’en réjouit à l’avance dans ses derniers tweets. Le mariage pour tous les couples, nouvelle priorité de l’Assemblée nationale…

Vue l’importance que j’attache au mariage civil, autant vous dire que ce n’est pas le premier de mes soucis, à moi.

Aah, l’amour…

Sauf qu’un truc me chiffonne. Les personnes favorables à ce mariage ouvert aux couples de même sexe partent souvent du même type d’arguments : « Ils s’aiment, laissons-les se marier ! ».

Mais où ont- ils ont vu que le mariage était une reconnaissance de l’amour par la loi et la société ? Où ont-ils  vu qu’on parlait d’amour dans le code civil ? On n’en parle pas ! On dit d’autres choses sur le mariage, par exemple ce qui est lu pendant les cérémonies de mariage :

Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. (Art. 212)

Respect, fidélité, secours, assistance. Pas amour. La loi n’exige pas qu’il existe de l’amour entre les époux, tout simplement parce qu’elle ne peut pas reconnaître l’amour entre deux personnes. Elle n’en a pas les moyens. Sur quels critères le ferait-elle ? Comment pourrait-elle donner une définition de l’amour ?

Le mariage n’est pas une reconnaissance de l’amour. Il est d’ailleurs assez difficile de définir le mariage : il n’y a pas réellement de définition dans le code civil. Par contre, la finalité du mariage est assez clairement définie :

Les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l’éducation des enfants et préparent leur avenir. (Art. 213)

Voilà. Le but est d’élever des enfants dans un cadre stable, pour leur bien. Et à l’occasion, pour le bien de la société (qui s’il n’y avait pas d’enfants, cesserait assez vite d’exister…). C’est un but très concret, bien loin d’une vision trop « romantique » ou « amoureuse » du mariage.

A partir de là, je ne vois absolument pas pourquoi le seul fait qu’il existe un amour entre deux personnes devrait leur donner un droit à se marier.

Jusqu’où s’arrêteront-ils?

D’autant que, si on décide d’autoriser le mariage pour tous ceux qui s’aiment, je ne vois pas bien où on va définir une limite à l’amour. Peut-on aimer plus d’une personne ? Peut-on aimer (d’un amour conjugal) son frère, sa soeur, ses enfants, ses parents, un mineur ?

Certains ont déjà commencé à réclamer le mariage entre plus de deux personnes, sans même attendre que le gouvernement ait mis à exécution les promesses de campagne de M. Hollande. Et c’est vrai qu’après tout, la polygamie est pratiquée dans d’autres pays. Alors pourquoi pas en France ? Pour cela, on va commencer à accuser ceux qui sont contre ce genre de projet d’être « biphobes« , comme on accuse ceux qui sont contre le mariage homosexuel d’être homophobes. Par la suite, on jouera sur l’affect (« Oh, les pauvres polygames dont le polyamour n’est pas reconnu par la société… Oh, les pauvres enfants qui ont 2 papas et 3 mamans !… »). Et enfin, on réclamera une loi.

Mais allons encore plus loin ! Sous l’Ancien Régime, comme aujourd’hui dans certains pays, on pouvait se marier très jeune ; pourquoi ne pas autoriser cela également ? L’interdiction qui existe actuellement est une discrimination envers les mineurs qui s’aiment – ou envers les adultes qui aiment les mineurs !

Et pourquoi ne pas autoriser le mariage entre un père et sa fille, un frère et sa soeur, une tante et son neveu ?

On voit où pourrait très rapidement nous mener la revendication d’un mariage civil pour tous ceux qui s’aiment…

N’importe quoi…

Comme je l’ai expliqué au début de ce billet, le mariage civil ne signifie pas grand-chose à mes yeux. Peut-être ai-je mis un peu de mauvaise foi dans cette affirmation.

Je prends très au sérieux les articles du code civil qui m’ont été lus au jour de mon mariage ; les notions de respect, de secours, d’assistance, et plus encore de fidélité, de direction morale et d’éducation des enfants sont pour moi primordiales.

C’est pourquoi je n’aimerais pas que ce mariage que j’ai contracté devienne n’importe quoi. Ce qui finira nécessairement par se produire, à plus ou moins long terme, si on base le mariage civil sur l’amour, et si on cède aux revendications de tous ces groupes qui prétendent y avoir droit : homosexuels d’abord, polygames ensuite, et Dieu sait qui après…

Pour le bien des familles – et de toute la société – gardons le mariage tel qu’il est.

Edit : allez lire aussi le blog de Koz, celui d’Henry Le Barde, et celui de Nicolas Mathey sur le même sujet !

Publicités

Responses

  1. […] moi, le Goéland cultive une relation ambivalente vis-à-vis du mariage civil. Je n’en ai jamais eu tellement cure non plus, excepté lors de mon propre mariage civil – qui […]

  2. Bi-bi-bi-bi-phobes. Dans l’Antarctique, t’es l’roi des phobes.

    Bon je me gausse, mais l’article de Lionel Bosse m’a fait réagir aussi…

    http://henrylebarde.letempsdypenser.fr/2012/05/21/le-mariage-na-rien-de-naturel-cest-pourquoi-il-faut-le-defendre/

  3. […] (un petit pearltree en construction ici; quelques billets d’amis blogueurs ici, là et là). Il est complexe et ne peut être épuisé en quelques billets et finira sans doute par se […]

  4. […] Koz, il y a aussi les billets du Goéland et d’Henry le Barde, qui reviennent respectivement sur l’amour (ah, l’amour !) et l’aspect […]

  5. […] C’est évidemment fondamental. Mais ce n’est pas suffisant. Un article d’un bloggeur m’a éclairé à cet égard: « Les personnes favorables à ce mariage ouvert aux couples de […]

  6. […] Koztoujours (ici, ici, ici et là), Philarête (et ses commentateurs), Eolas (ici, ici et là), L’Osservatore Gabbiano, […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :