Publié par : Goéland | 3 octobre 2012

Éloge de la dépendance

Bel échange de billets, ces jours-ci, entre Doudette et Koz, sur la liberté et l’indépendance. Malgré leurs différences, on sent bien qu’il y a beaucoup de choses qui les rapprochent. Une certaine humilité qu’ils professent finalement tous les deux. Doudette se reconnaît « pas très fière » d’être ego-centrée, Koz « consent à l’idée qu’il ne comprends pas toute chose ». Et surtout ce que le Père Pic appelle « le même sang spirituel », « l’amour immodéré de la liberté », « la vie qu’ils construisent à leur guise ».

Alors, pour moi, c’est évident : la liberté, si elle est ce qu’il y a de plus cher à leur cœur – et au mien ! -, doit être donnée. Pourrait-il y avoir de plus bel acte que de donner ce à quoi on tient le plus ?

Et donner sa liberté, c’est accepter d’être dépendant : d’un idéal, d’une loi, ou d’une personne.

Il est évident que la dépendance n’est pas a priori souhaitable. Si je n’ai pas retenu grand chose de mes cours de philosophie, je me souviens au moins d’avoir lu Qu’est ce que les lumières ? de Kant.

Il est si commode d’être mineur. Si j’ai un livre qui me tient lieu d’entendement, un directeur qui me tient lieu de conscience, un médecin qui juge de mon régime à ma place, etc., je n’ai pas besoin de me fatiguer moi-même. Je ne suis pas obligé de penser, pourvu que je puisse payer ; d’autres se chargeront pour moi de cette besogne fastidieuse.

Il est certain qu’on peut facilement et fréquemment tomber dans ce travers. Qu’on laisse trop souvent d’autres penser pour soi ce qui est bon ou beau. Et qu’il serait bon d’apprendre à s’élever, seul, libre, indépendant.

Et pourtant, engager sa liberté en choisissant librement une loi, une règle, ou en se mettant à la suite de quelqu’un, cela me paraît non seulement souhaitable, mais c’est pour moi la condition même d’une vie réussie.

La question est : que choisissez-vous ? A qui, à quoi allez-vous confier votre liberté ?

***

En ce qui me concerne, je vois trois axes, trois  (oui, l’intérêt est qu’on n’est pas non plus obligé de mettre tous ses œufs dans le même panier).

Une loi ? 

La loi scoute. Dit comme ça, ça risque de paraître ridicule. Mais lisez les textes de cette pédagogie, lisez  ces principes de vie mis au point il y a un siècle, et à mon sens toujours d’actualité :

Mettre son honneur à mériter confiance. Etre loyal à ses chefs et ses subordonnés. Servir. Etre maître de soi.

Lisez ces phrases :

Il faut commencer par sortir de ta maison et de toi-même, renoncer à ton égoïsme, à ton confort, à ta sécurité, rechercher ce qui est difficile et vouloir vivre rudement. Demeurer viril et sobre, n’être esclave ni des caprices, ni des modes, ni des erreurs du jour, et garder toute la vie une âme de pauvre. Ne pas s’accomoder d’un monde truqué où les tricheurs sont rois. Savoir que tout acte compte et engage. Rechercher humblement le vrai. Ne jamais être satisfait de soi-même. Faire aujourd’hui mieux qu’hier et demain mieux qu’aujourd’hui.

Et celle-ci :

Sur ta parole on doit pouvoir bâtir une cité.

Moi, cela me parle. Je sacrifie sans hésiter ma liberté pour m’engager sur cette voie exigeante. En sachant que je n’arriverai pas à la suivre un jour sur dix. Mais qu’au moins, un jour sur dix, dans le meilleur des cas, la liberté que j’ai sacrifiée en choisissant cette loi servira la cité.

Une personne ?

Se marier, c’est dire :  je veux dépendre de toi. Pour tout. Pour que tu me rendes heureux. Pour que tu me fasses rire. Pour que tu me fasses à manger. Pour que nous ayons des enfants. Et beaucoup d’autres choses encore… Mais pas que pour ça. Ça veut aussi dire que je dois faire des choses que je ne voudrais pas faire – te faire à manger, t’écouter quand tu vas mal, changer des couches…

Ce serait évidemment plus simple de ne pas s’engager, de ne rien te promettre… Mais je te donne ma liberté. Par amour pour toi. Parce qu’en renonçant à une certaine liberté (la liberté de voyager où je veux, de changer d’avis sans penser aux conséquences, d’aller à Paris boire des pots avec la FASM), nous construisons ensemble quelque chose de grand.

Une Personne ?

Pour finir – même si j’imagine que vous voyez très bien comment j’allais conclure – je donne ma liberté à mon Dieu, par l’Eglise. En disant la même chose que pour le mariage : Je T’aime, je veux dépendre de Toi. Pour que Tu me rendes heureux. Et que Tu me donnes à manger. Et beaucoup d’autres choses encore… Mais pas que pour ça. Ca veut aussi dire que je dois faire des choses que je ne voudrais pas faire – me lever le dimanche matin au lieu de faire la grasse mat’, assumer certaines paroles dures, comme le dit Koz, mais pas seulement les paroles de certains évêques, prêtres ou laïcs : avant tout les paroles dures du Fils du Patron (Jésus hein, pas le fils caché de Benoît XVI).

Ce serait évidemment plus simple de ne pas s’engager, de ne rien Te promettre… Mais je Te donne ma liberté. Par amour pour Toi. J’ai confiance. Parce que Tu trouveras bien le moyen de faire de moi quelque chose de pas trop inutile.

***

Parce que la chose la plus belle, la plus précieuse, ce n’est pas la liberté.

La plus belle chose, c’est l’amour, la confiance qu’il faut avoir pour oser donner sa liberté. Engager sa liberté, être prêt à y renoncer.

Accepter d’être dépendant de quelque chose, de quelqu’un. Ou de Quelqu’Un.

Publicités

Responses

  1. […] Pic n’a pas hésité à utiliser pour illustrer la nouvelle évangélisation ! Quant à Goéland, il a prolongé cet échange de mails pour donner son témoignage et dire sa foi ! Oui, il n’y a pas à dire, internet, c’est quand même fabuleux, et cela confirme ce que dit […]

  2. […] ne pas toujours pouvoir choisir ceux que l’on va aimer. Comme une famille. Il est bon d’être parfois dépendant du choix des autres, du choix de […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :