Publié par : Goéland | 22 janvier 2013

Le diable marche avec nous…

Nous sommes les hommes des troupes d’assaut,
Soldats de la vieille Légion,
Demain brandissant nos drapeaux,
En vainqueurs nous défilerons,
Nous n’avons pas seulement des armes,
Mais le diable marche avec nous,
Ha, ha, ha…

J’imagine qu’au 1er REC, déployé au Mali dans le cadre de l’opération Serval, on doit toujours chanter ça. Et au vu des images, on pourrait en effet croire que le diable marche avec eux.

AFP / Issouf Sanogo

AFP / Issouf Sanogo

Cette image a fait en deux jours le tour de twitter, où tous les sujets sont bons pour se faire remarquer, lancer des polémiques et prendre des positions très tranchées. Les médias s’y sont mis aussi, et alors qu’on attendrait un niveau de réflexion un peu plus abouti de la part des journalistes que des simples twittos, ils ont réussi à pondre ceci :

Mali : un soldat se croit dans un jeu vidéo

Comme ce masque est inspiré d’un jeu vidéo, on en déduit que le soldat est venu s’amuser à shooter du terroriste… Et bien j’ai un scoop : c’est vrai ! Ce légionnaire et tous les autres soldats qui se battent en notre nom au Mali ne sont pas allés mourir là-bas : ils sont allés faire en sorte que les salauds d’en face meurent ! C’est ça, faire la guerre.

Et si ce type a choisi ce métier, c’est qu’il avait envie de faire la guerre. Selon le milieu et l’époque d’où on est originaire, on aura vu naître cette envie en voulant défendre sa nation, en accueillant des soldats venus libérer son pays, ou plus trivialement en rêvant de voir du pays, en jouant à la guerre des boutons, au détour d’un grand jeu scout ou en passant des heures sur Call of Duty. Si, au niveau d’un pays, la guerre est le prolongement de la politique, pour les soldats, elle est souvent le prolongement du jeu.

Et je ne suis donc absolument pas choqué par le fait que de jeunes Français – ou d’autres nationalités, après tout, le soldat sur la photo est un légionnaire – aillent « jouer à la guerre ».

Non, ce qui me dérange, ce n’est pas l’image que les soldats français donnent aux professionnels de l’indignation en France. Mais celle qu’ils peuvent donner en Afrique. On les a envoyés combattre des terroristes, des trafiquants, des indépendantistes. On les a envoyés comme soldats de la civilisation face à la barbarie, à la peur, à l’oppression. Et je doute que ce soit cette image que donne un soldat arborant une tête de mort[i]. Comme le dit Jean-Dominique Merchet,

Cette image renvoie à d’autres plus terribles – celle des « guerriers » du Liberia et de Sierra Leone, qui aimaient se déguiser de manière effrayante, mêlant des références contemporaines et des pratiques de sorcellerie. Ces milices commirent d’épouvantables crimes là où elles sévirent. Autre référence plus ou moins explicite, le vaudou. Autant dire qu’il faut mieux manier ces images avec prudence sur le continent africain.

Je ne me fais aucune illusion : à la guerre, il y a des morts. J’ai une famille pas mal placée pour le savoir. Alors on peut bien entendu se dire qu’une image morbide de plus, ça n’est pas bien grave. Mais il me déplairait fortement qu’un soldat français puisse ressembler, ne serait-ce qu’un peu, à un soudard.

Il me parait donc nécessaire que de telles images ne puissent pas être vues, pas tant dans les médias français que sur le terrain, par les populations que la France vient aider. L’Etat-Major a eu raison de pousser une gueulante à ce sujet. Et s’ils identifient ce soldat, ses supérieurs auront raison de lui souffler dans les bronches – même si ça ne mérite pas d’être mis aux arrêts ou renvoyé de l’armée, nous sommes bien d’accord.

Il serait dommage qu’à cause d’une attitude déplacée, les Français ne soient plus considérés comme une armée de libération du territoire malien, mais comme une bande de mercenaires, voire une force d’occupation.

Et refermons vite cette parenthèse médiatique, l’important est que nous avons envoyé des hommes là-bas, que l’un d’eux y est déjà mort, que d’autres s’y sacrifieront certainement aussi. Laissons les remplir la mission qui leur a été confiée  au mieux. Mes prières les accompagnent.


[i] Même si ce masque n’est pas une tête de mort mais le « Masque de Ghost », je doute que les Maliens saisissent bien la référence…

Publicités

Responses

  1. Ah tiens, tu vas un peu plus loin que Merchet justement, qui classe rapidement cette histoire au rang des anecdotes qui ne sont là que pour faire vivre le besoin de sensationnel et de nouveauté des médias… intéressant point de vue ! Merci !

  2. N’importe quoi. La photo de notre gars est passée partout, heureusement pour sa famille et pour lui qu’il a le visage dissimulé. Qui plus est, qu’il aime les jeux vidéos ou pas, il a fait ses classes comme tous les autres, a été considéré apte physiquement et psychologiquement au combat et à représenter la france. Un nombre bien plus important de soldats que tu ne le penses portent ce tissu.

    • La photo de notre gars est passée partout, heureusement pour sa famille et pour lui qu’il a le visage dissimulé.

      Il ne vous aura pas échappé que si cette photo est passée partout, c’est justement parce qu’il a le visage dissimulé…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :